Communiqués de presse

6 décembre 2018

Le Label GEN compte désormais plus de 750 formations aux métiers du numérique sur l’ensemble du territoire français

« Le secteur du numérique est un vivier d’emplois ! Pourtant, ce sont 80 000 emplois qui sont toujours non pourvus faute de profils adaptés. 12 000 personnes seront formées aux métiers numériques grâce aux 347 formations labellisées dans le cadre du programme 10Knum du Plan d’Investissement des Compétences. Collectivement, nous ferons du numérique un levier concret d’inclusion de retour à l’emploi et d’émancipation pour tous ! » Muriel Pénicaud, ministre du Travail

« Le numérique recrute et le numérique permet des transitions sociales majeures. Il ouvre des portes et comprend qu’il faut les ouvrir très grands, aux jeunes et aux personnes sans emploi. Les nouvelles formations de la Grande Ecole du Numérique sont une chance incroyable pour permettre à tous, diplômés ou non, de suivre une formation gratuite dans les nouveaux métiers du numérique. Elle forme à l’avenir et ne le réserve pas qu’à une élite. Elle incarne l’égalité des chances dans l’accès aux métiers en devenir. » Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics, chargé du numérique

La Grande École du Numérique (GEN) vient de publier les résultats de son appel à labellisation lancé le 5 avril 2018, dans le cadre du programme #10Knum « 10 000 formations au numérique », du Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) du ministère du Travail.

Sur 855 dossiers de candidature, 347 nouvelles formations aux métiers du numérique, respectant rigoureusement les 5 critères d’éligibilité et ayant pris en considération les 10 critères de sélection du cahier des charges (Cf Annexe), ont reçu à cette occasion le Label GEN. Elles viennent s’ajouter aux 410 formations précédemment labellisées GEN.

Un Label exigeant synonyme de qualité, d’innovation et d’inclusion

Parmi les critères d’accès au Label GEN, il est à noter :

  • Que chaque formation se doit de former gratuitement au minimum 10 personnes peu ou pas qualifiées, en recherche d’emploi, par session. L’objectif ultime étant d’atteindre 80% de personnes formées disposant d’un niveau bac ou inférieur au bac par
  • Que les formations labellisées doivent intégrer un minimum de 30% de femmes au niveau national. Certaines sessions sont intégralement constituées de femmes.
  • Qu’une priorité a été donnée aux formations situées dans les Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) : 42% des nouvelles formations labellisées sont situées en QPV et dans une bande de 300 m les environnant.

Nos formations sont également reconnues pour la qualité de l’accompagnement social et professionnel qu’elles mettent en œuvre : si les compétences techniques sont importantes, il est aussi indispensable de transmettre aux apprenants les codes de l’entreprise et de les aider à valoriser leur « savoir-être », peu formaté et recherché, car bien souvent synonyme d’innovation au sein des équipes.

Un Label qui réconcilie les besoins des entreprises avec les compétences disponibles sur le marché du travail

Les formations labellisées répondent aux besoins réels des entreprises sur de nombreux métiers aujourd’hui « en tension » : webdesigners, développeurs full stack, techniciens en cybersécurité, etc., mais permettent aussi de former à de nouveaux métiers.

C’est une des grandes forces du Label GEN : grâce à la subvention d’amorçage que peuvent recevoir les structures avec le Label, elles se lancent plus facilement dans de nouveaux secteurs du numérique. Samia GHOZLANE, directrice de la GEN explique : « Grâce à la subvention, le risque financier n’est pas uniquement porté par l’organisme de formation ; cela leur permet de se lancer sur de nouveaux métiers et d’anticiper les besoins des entreprises. Trop souvent jusqu’ici, les formations étaient créées à posteriori pour pallier les besoins. Les formations arrivaient donc toujours avec un temps de retard.

Aujourd’hui, nos formations labellisées répondent aux besoins du marché : le Label GEN joue donc un rôle crucial dans la transition numérique de l’économie française. »

16 mai 2018

Faire du numérique un levier d'inclusion

La Grande École du Numérique, réseau de plus de 400 formations créé en 2015 par le gouvernement, lance un nouvel appel à projets destiné à labelliser des formations aux métiers du numérique. Celles-ci seront proposées à 5 000 personnes peu ou pas qualifiées en recherche d’emploi d’ici à 2019, en particulier les jeunes, les femmes et les publics issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Ce nouvel appel à labellisation s’inscrit dans le programme #10kNum, les 10 000 formations aux métiers du numérique, lancé dans le cadre du Plan d’Investissement dans les Compétences piloté par le ministère du Travail. Les formations qui obtiennent le label « Grande École du Numérique » sont éligibles à une subvention. La clôture des candidatures est fixée au 21 juin 2018.

Ce nouvel appel à projets permet aux formations, ayant candidaté, l’obtention du label et d’une subvention non reconductible et limitée à 80% du budget total de la formation. Toutes les formations labellisées ne bénéficient pas de la subvention qui est attribuée selon la légitimité du projet et le montant de l’investissement.

Les dépenses éligibles doivent concerner la première ou les deux premières sessions de formations et ne peuvent être antérieures à la notification de la labellisation. Elles comprennent les frais de personnels, ainsi que les coûts affectés au projet de formation : matériels et fournitures, location de salles et bâtiments, documentation, brevets ou licences d’exploitation et promotion.

En 2016, les financements d’amorçage ont permis à 60% des formations labellisées de se lancer.

« Grâce au label et à la subvention d’amorçage nous avons pu investir dans des outils de fabrication pour améliorer la qualité de la formation » ajoute Peter Wollny, coordinateur de formation ACILAB.

La procédure de candidature

L’appel à labellisation 2018 est séquencé en deux vagues dont la première est ouverte du 5 avril au 21 juin 2018. La seconde pourra être lancée à la rentrée 2018 selon les résultats de la première vague. La candidature s’effectue en ligne sur le site de la Grande Ecole du Numérique www.grandeecolenumerique.fr/appel-a-labellisation

Contexte

La transition numérique remet en cause l’organisation des entreprises et principalement des TPE PME. Cette mutation nécessite un bilan des métiers actuels et ceux de demain. En France, on constate un écart entre les besoins en compétences numériques des entreprises et celles disponibles sur le marché du travail : 80 000 postes seraient non pourvus dans les nouvelles technologies de l’information et de l’électronique faute de profils adaptés (Conseil d’orientation pour l’emploi – 2017)

Une ambition économique, sociale et territoriale

Le Groupement d’intérêt public qu’est la Grande École du Numérique, est composé de 17 institutions publiques et privées et représente un réseau de plus de 400 formations aux métiers du numérique : administrateur réseaux, développeur, cybersécurité, technicien de maintenance, installateur domotique, data analyst, régisseur numérique, forgeur numérique…

Les formations labellisées Grande École du Numérique sont ouvertes à tous et accueillent des publics éloignés de l’emploi pour former les futurs talents du numérique. Ces formations sont gratuites et permettent de bénéficier des aides subsidiaires du CROUS pour tous les apprenants.

Cet appel à labellisation repose sur une triple ambition :

  • Ambition économique : répondre aux besoins en compétences numériques des entreprises et accompagner la transition numérique de l’économie ;
  • Ambition sociale : favoriser l’inclusion en facilitant la formation et son accès gratuit ;
  • Ambition territoriale : veiller à l’implantation et à une répartition territoriale équilibrée de l’offre de formation

« La banque fait face aujourd’hui à de grands défis de transformation digitale, et nous avons besoin de ces compétences nouvelles pour inventer la banque de demain. Nous découvrons de nouvelles méthodes pédagogiques  disruptives, différentes  de  celles  que  nous  connaissons aujourd’hui », témoigne la Société générale, partenaire de la Grande École du Numérique.

Fin 2017, près de 10 000 apprenants ont été formés ou sont en cours de formation.  L’appel à labellisation 2018 a pour objectif de renforcer l’inclusion numérique en accueillant parmi les apprenants :

  • 80% de personnes formées niveau bac ou inférieur au bac en recherche d’emploi
  • 30% de femmes
  • 30% de formations situées en quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Les critères d’éligibilité au label « Grande École du Numérique »

Le label « Grande École du Numérique » est attribué aux formations pour une durée de 3 ans. Une structure peut candidater pour la labellisation de plusieurs formations sollicitées par les entreprises dans les bassins d’emplois.

 

Pour prétendre au label, la formation :

  • doit former aux métiers du numérique ;
  • ne doit pas avoir déjà été labellisée lors des deux premiers appels à projets ;
  • doit former au minimum 10 personnes peu ou pas qualifiées en recherche d’emploi par session de formation ;
  • et doit garantir un accès gratuit à la formation.

Il est possible de candidater à la labellisation d’une formation sans candidater à la subvention. Une structure porteuse d’une ou plusieurs formations labellisées peut solliciter le label pour une nouvelle formation qui diffère par ses caractéristiques ou son lieu d’implantation. Au-delà de la phase d’amorçage et de mise en place du projet, les porteurs de projets devront présenter les moyens de pérenniser la formation labellisée.

Fin 2017, près de 10 000 apprenants ont été formés ou sont en cours de formation.  L’appel à labellisation 2018 a pour objectif de renforcer l’inclusion numérique en accueillant parmi les apprenants :

  • 80% de personnes formées niveau bac ou inférieur au bac en recherche d’emploi
  • 30% de femmes
  • 30% de formations situées en quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Les critères d’éligibilité au label « Grande École du Numérique »

Le label « Grande École du Numérique » est attribué aux formations pour une durée de 3 ans. Une structure peut candidater pour la labellisation de plusieurs formations sollicitées par les entreprises dans les bassins d’emplois.

Pour prétendre au label, la formation :

  • doit former aux métiers du numérique ;
  • ne doit pas avoir déjà été labellisée lors des deux premiers appels à projets ;
  • doit former au minimum 10 personnes peu ou pas qualifiées en recherche d’emploi par session de formation ;
  • et doit garantir un accès gratuit à la formation.

Il est possible de candidater à la labellisation d’une formation sans candidater à la subvention. Une structure porteuse d’une ou plusieurs formations labellisées peut solliciter le label pour une nouvelle formation qui diffère par ses caractéristiques ou son lieu d’implantation. Au-delà de la phase d’amorçage et de mise en place du projet, les porteurs de projets devront présenter les moyens de pérenniser la formation labellisée.

5 avril 2018

La Grande Ecole du Numérique lance un nouvel appel à labellisation

La Grande École du Numérique est fière d’annoncer l’ouverture de son nouvel appel à labellisation à l’occasion du lancement du plan « 10 000 formations au numérique » qui s’inscrit dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences ce matin à Roubaix en présence de Muriel PENICAUD, Ministre du Travail, Mounir MAHJOUBI, Secrétaire d’État chargé du Numérique et Estelle SAUVAT, Haut-commissaire à la transformation des compétences.

Aujourd’hui, 80 000 emplois seraient non-pourvus dans les nouvelles technologies de l’information et de l’électronique faute de profils adaptés (Conseil d’orientation pour l’emploi, 2017). Par ailleurs, environ 100 000 jeunes sont en décrochage scolaire chaque année.

Afin de répondre aux besoins en compétences numériques et d’accompagner la transition numérique de l’économie, la Grande Ecole du Numérique élargit son réseau de formations et lance ce jour un nouvel appel à projets dans le cadre du plan d’investissement compétences piloté par le ministère du Travail. D’ici 2019, 5 000 personnes peu ou pas qualifiées (niveau bac ou inférieur au bac) en recherche d’emploi seront formés au sein de nouvelles formations labellisées Grande Ecole du Numérique. L’appel à projets prévoit un objectif de 30 % de femmes minimum en formation au numérique et 30 % de formations situées au sein de quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Lors des précédents appels à projets, le soutien des Conseils régionaux, des DIRECCTE, des OPCA, de Pôle emploi, des associations d’insertion et bien d’autres acteurs a été le moteur de la réussite du projet Grande Ecole du Numérique. Le soutien notamment des Régions et des DIRECCTE dans l’instruction des dossiers et dans la mise en visibilité des formations labellisées a également été essentiel au succès du dispositif.

Pour tout savoir sur le contenu du cahier des charges et le processus de sélection, rendez-vous sur le site de la Grande Ecole du Numérique (www.grandeecolenumerique.fr).

 « Ce nouvel appel à projet  permettra un passage à l’échelle conséquent du réseau de formations de la Grande Ecole du Numérique. Le Gouvernement dans sa lutte contre le chômage a fait confiance à la Grande Ecole du Numérique par le biais de son Plan d’Investissement Compétences. Nous sommes convaincus du potentiel de nos formations, et ces annonces vont permettre d’accélérer encore leur déploiement avec le soutien de nos différents partenaires. Les mesures annoncées ce matin, celles qui restent à mettre en œuvre et la mobilisation de tous nous permettent de fixer de fortes ambitions pour les années à venir », déclare Samia GHOZLANE, Directrice de la Grande Ecole du Numérique, à l’issue des annonces ministérielles.