Freelance
Freelance
Espace apprenants

Dossier : comment se lancer en freelance ?

En partenariat avec Malt, la GEN vous explique toutes les démarches à suivre et vous donne de nombreux conseils pour se lancer en freelance.

Vous avez suivi avec succès votre formation labellisée GEN et vous souhaitez désormais vous lancer en freelance ? Pas étonnant : une récente étude conduite par Malt, une marketplace européenne qui met en relation des consultants freelance et des entreprises, et Drag’n Survey, une startup technologique française de logiciel d’enquête en ligne, montre que la crise sanitaire a été un catalyseur de changement de vie professionnelle. De nombreux français ont reconsidéré leur statut professionnel : 43% des personnes interrogées souhaiteraient devenir freelance dans les prochains mois !

Mais qu’est-ce qu’un freelance exactement ? Qu’en est-il des aspects juridiques et réglementaires ? Comment se lancer ? En partenariat avec Malt, la GEN vous a préparé un dossier pour vous expliquer toutes les étapes pour devenir freelance et les conseils à suivre lors de vos premiers pas dans ce nouveau monde.

💡 Bon à savoir :
Suivez gratuitement les Malt Academy ! Ces sessions de formation entre pairs, gratuites et accessibles à toutes, vous permettent de rester à jour sur votre domaine de prédilection et de partager des conseils entre freelances.

Vous pouvez retrouver ici tous les replays en français et sur la page YouTube de Malt France.

Dans cet article, nous vous avons préparé une sélection de formations pour vous aider à vous lancer.

Sommaire :

  1. Qu’est-ce qu’un freelance ?
  2. Quels sont avantages et inconvénients à devenir freelance ?
  3. Quel statut choisir ?
  4. Quelles aides pour devenir freelance ?
  5. Se lancer comme freelance
  6. Définir ses tarifs
  7. Trouver des clients et pitcher son projet
  8. Gérer la relation client
  9. Aménager son lieu de travail et s’organiser
  10. Gérer l’administratif et les obligations légales

1. Qu’est-ce qu’un freelance ?

Avant toute chose, il est important de bien comprendre ce que désigne le terme de freelance. Malt explique qu’un freelance est un travailleur indépendant qui n’exerce ni une profession manuelle (un artisan, chauffeur VTC, un agriculteur par exemple) ni une profession réglementée (comme un médecin ou un avocat). Freelance n’est donc pas un statut juridique : un freelance peut être un autoentrepreneur, exercer dans une EURL ou via le portage salarial… La GEN vous explique plus loin comment choisir votre statut.

Graphiste, développeur web, data analyst, community managers : de nombreux métiers du numérique se prêtent parfaitement au travail en freelance !

💡 Le saviez-vous ?
Quentin, COO de Malt, explique que le terme freelance vient de l’anglais « free » (liberté) et « lance » (une lance de combat) et désignait les chevaliers qui avaient décidé de ne prêter allégeance à aucun seigneur. Ils pouvaient « prêter leur lance » au seigneur de leur choix.

Des questions ?

Consultez la FAQ de Malt

2. Quels sont avantages et inconvénients à devenir freelance ?

Pourquoi devenir freelance ? Vous hésitez à vous lancer ? Nous avons synthétisé les avantages et inconvénients à être freelance par rapport au statut de salarié.

La liberté est sans conteste le plus gros avantage à être freelance :

  • liberté dans la gestion de votre temps et de vos actions,
  • le choix de vos clients,
  • la liberté de travailler d’où vous le souhaitez
  • pas de hiérarchie

D’ailleurs, l’étude de Malt et Drag’n Survey montre que l’envie de plus d’autonomie et de flexibilité fait partie du top 3 des motivations dans le fait de devenir freelance (pour 39,5% des sondés).

Un autre avantage est que le salaire horaire d’un freelance est plus élevé. Par exemple, d’après l’étude Malt Tech Trends 2019, le Taux Journalier Moyen (TJM) médian d’un développeur Back End à Paris est de 460€ par jour.

Attention cependant, car si vous pouvez gagner plus en étant freelance, vous perdrez néanmoins en stabilité de revenu : votre revenu va varier en fonction du nombre de missions effectuées au fil du mois.

Il faudra aussi être capable de gérer seul l’ensemble des services (commercial, service client, marketing, comptabilité etc.) même si certains outils peuvent vous aider.

Enfin, il faudra être attentif à ne pas tout remettre au lendemain et être capable de faire preuve d’autodiscipline. Comme l’explique Malt, « le plus dur sera de s’y mettre et de créer une routine autour de tous ces éléments dans vos 3 premiers mois de freelance ».

3. Quel statut choisir ?

Ca y est vous vous êtes prêt à sauter le pas pour devenir freelance ? Comme nous l’avons vu, freelance n’est pas un statut juridique à proprement parler. Il vous faudra donc choisir quel statut adopter, notamment pour pouvoir être rémunéré lors de vos missions :

  • autoentrepreneur,
  • entreprise individuelle,
  • EURL,
  • SASU
  • ou portage salarial.
Autoentreprise

L’autoentreprise

Il s’agit du statut le plus simple et le plus rapide à créer (48 heures suffisent pour créer votre autoentreprise). Il est cumulable avec un autre statut : salarié, étudiant etc. En revanche ce statut n’offre pas de protection, vous ne toucherez pas de chômage si votre activité s’arrête. Vous dépendrez du régime social des indépendants, le SSI.

Créer mon autoentreprise

En tant qu’autoentreprise, vous ne devez pas dépasser les 72 600 € de chiffre d’affaire par an pour les prestations de services. Si vous dépassez ce seuil, votre autoentreprise sera automatiquement convertie en entreprise individuelle.

Entreprise individuelle

L’entreprise individuelle

Vous n’aurez pas de frais de création et l’entreprise individuelle est facile à gérer avec une comptabilité simplifiée. Vous pourrez choisir d’exercer sous le régime de la microentreprise, qui présente des avantages fiscaux. Vous pouvez créer votre entreprise rapidement, sans devoir constituer un capital minimum. Attention néanmoins car ce statut implique une responsabilité de vos dettes professionnelles sur l’ensemble du patrimoine personnel.

Créer mon entreprise individuelle

Si vous dépassez les 90 000 € de chiffre d’affaire, Malt conseille d’envisager de créer une société.

EURL

L’EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée)

Il s’agit d’une SARL unipersonnelle et donc d’une société. En tant que société, les biens de l’entreprise sont séparés de vos biens privés. Ce statut est intéressant en termes de fiscalité si vous avez un chiffre d’affaire annuel supérieur à 90 000€.

Créer une EURL

SASU

La SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle)

Il s’agit d’une SAS unipersonnelle avec un unique associé gérant. En tant que président, vous serez assimilé salarié, ce qui présente un gros avantage car vous serez affilié au régime général de sécurité sociale, avec le même régime de retraite. Cela est notamment intéressant si vous avez déjà effectué une carrière en tant que salarié : vous ne changerez pas de régime.

Créer une SASU

Portage salarial

Le portage salarial

Service public définit le portage salarial comme une relation contractuelle tripartite dans laquelle un salarié d'une entreprise de portage salarial effectue une prestation pour le compte d'entreprises clientes. Vous serez donc salarié : vous aurez donc droit au chômage, vous n’avez pas de structure à gérer (car c’est la société de portage qui s’occupe des démarches administratives, de la comptabilité) et votre statut sera plus protecteur. En revanche avec les charges patronales et salariales, cela coutera plus cher.

Malt explique qu’un des avantages est que cela vous permet d’avoir des fiches de paie qui peuvent être demandées en cas de demande de prêt bancaire ou pour louer un appartement (si vous êtes à votre compte, on vous demandera à la place vos bilans depuis 3 ans).

Vous souhaitez en savoir plus sur les différents statuts ?

Visionnez l’interview de Quentin, COO de Malt

4. Quelles aides pour devenir freelance ?

Vous souhaitez démarrer votre activité de freelance mais vous avez besoin d’un coup de pouce financier ?

Pôle emploi propose plusieurs aides selon votre statut. Vous pouvez choisir entre deux dispositifs: le maintien des allocations ou l’ARCE.

  • Allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) : Vous pouvez cumuler le statut d’autoentrepreneur avec les allocations chômage. Vous pouvez cumuler votre chômage avec une rémunération si celle-ci reste en dessous du salaire moyen qui a servi à calculer vos droits au chômage.
  • Aide à la reprise ou à la création d'entreprise (Arce) : Vous avez également la possibilité d’opter pour le versement d’une partie de vos allocations chômage sous la forme d’un capital. Le montant de l'Arce est égal à 45 % des droits à l'ARE qui restent à verser et vous est versé le jour de la création de votre entreprise.

En savoir plus

ACRE (Aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise) : vous pouvez bénéficier d’une exonération totale ou partielle de charges sociales pendant votre première année, quel que soit votre statut juridique. Votre demande doit être adressée à l'Urssaf au moment du dépôt de votre dossier de création d’entreprise ou dans les 45 jours suivants ce dépôt.

En savoir plus

NACRE (nouvel accompagnement à la création ou la reprise d'entreprise) : il s’agit d’une aide au montage du projet de création ou de reprise d'entreprise, à la structuration financière et au démarrage de l'activité.

En savoir plus

5. Se lancer comme freelance

Une fois que vous avez choisi votre statut juridique et effectué les démarches associées, vous pouvez officiellement vous lancer ! Pour faciliter votre prospection de client, vous pouvez vous inscrire sur une plateforme de mise en relation entre entreprises et freelances afin de trouver des missions qui correspondent à votre profil.

 

Créez votre profil sur Malt

En créant votre profil sur Malt, vous aurez accès à des milliers de clients qui proposent des missions dans tous les secteurs. Les clients vous contacteront directement pour vous proposer des missions. Vous êtes libre d’accepter ou non les missions, il n’y a pas d’intermédiaire.

Créez votre profil sur Malt

6. Définir ses tarifs

Il faut désormais fixer vos tarifs. Définir un tarif journalier moyen à sa juste valeur n’est pas chose aisée, et pourtant essentiel à votre carrière de freelance. Ne perdez pas de vue que vous ne pourrez pas consacrer tout votre temps à vos missions. Il vous faut aussi du temps pour les tâches administratives, la prospection de clients etc.

Pour vous aider à fixer votre tarif, Malt a mis en ligne un baromètre des tarifs freelances. Il vous permet de vous positionner par rapport aux autres professionnels ayant un profil similaire au votre : spécialisation, niveau d'expérience, localisation etc. Très utile si vous ne savez pas quel tarif appliquer !

Besoin d'aide et de conseils pour fixer vos tarifs ?

7. Trouver des clients et pitcher son projet

Une des questions essentielles est de réussir à trouver des clients et des missions d’autant plus lorsque l’on débute en tant que freelance. Voici quelques conseils à suivre :

  • Soigner sa présence en ligne et son profil
  • Mettre en avant son portfolio
  • Demander des recommandations
  • Utiliser les réseaux sociaux
  • Etre réactif en cas de demande client

Vous avez besoin d'aide pour trouver vos premiers clients ?

Découvrez les 6 conseils de Malt pour trouver des missions

Formez-vous gratuitement avec les Malt Academy ! Visionnez les replays des webinars du programme de peer learning pour bénéficier de conseils pour trouver des clients :

Comment bien négocier avec vos clients

Comment bien négocier avec vos clients

Découvrez comment mieux négocier avec vos clients et diriger la conservation plus efficacement grâce notamment à la communication non verbale.

Comment éveiller l'intérêt en parlant de votre activité

Comment éveiller l'intérêt en parlant de votre activité

Découvrez comment pitchez votre activité en 1 à 2 minutes et structurer votre discours pour éveiller l’intérêt.

Comment attirer plus de clients avec le storytelling

Comment attirer plus de clients avec le storytelling

Découvrez pourquoi raconter des histoires et comment utiliser les techniques de narration pour attirer plus de clients.

8. Gérer la relation client

En tant que freelance, il est essentiel de bien gérer sa relation client. Vous devez faire preuve de certaines qualités pour accompagner vos clients tout au long du projet. Si vous obtenez de bons avis ou que vos clients vous recommandent auprès de leur réseau, cela vous permettra de bénéficier d’une belle visibilité !

Vous souhaitez apprendre à gérer vos clients ?

 Découvrez comment devenir votre propre Customer Success Manager

9. Aménager son lieu de travail et s’organiser

A l’occasion du confinement au printemps 2020, la GEN a partagé avec ses apprenants une infographie avec 5 bonnes pratiques pour se former à distance. Aménager son espace de travail, se fixer des objectifs, prendre des pauses et s’aérer : autant de conseils qui peuvent s’appliquer aussi au travail d’un freelance pour rester connecté et motivé à distance !

Découvrez notre infographie

Il est important de bien aménager son espace de travail et d'investir dans du bon matériel. Cela concerne aussi bien votre ordinateur que votre bureau ou votre chaise pour être dans les meilleures conditions pour effectuer vos missions.

Pour éviter les distractions et gagner en productivité, vous pouvez utiliser un outil qui permet de mesurer le temps passé sur vos tâches. Malt conseille par exemple l’outil RescueTime qui vous permet d’analyser le temps passé sur chaque application et type de sites.

Vous souhaitez découvrir comment rester performant, concentré et motivé en télétravail ?

Visionnez le replay de la Malt Academy

10. Gérer l’administratif et les obligations légales

Se lancer en freelance comporte sa part de gestion administrative et financière. Comment trouver son avis de situation SIRENE ? Quels sont les obligations légales vis à vis de l'Urssaf ? Comment fonctionne l’avance de trésorerie ? Quel montant indiquer dans sa déclaration de revenus ? Qu’est-ce que le mandat de facturation ? Autant de questions techniques auxquelles vous trouverez vos réponses dans la FAQ de Malt sur :

N’oubliez pas la santé ! Découvrez pourquoi la prévoyance santé et indispensable et comment choisir celle la plus adaptée à votre situation : Tout comprendre à la prévoyance santé pour les freelances

Et du côté RGPD ? En tant que freelance, vous êtes autant responsable que votre client si vous manipulez des données personnelles. Vous devez donc respecter des obligations spécifiques notamment en matière de sécurité, de confidentialité et de documentation. Tout savoir sur La RGPD, côté freelances

Vous avez besoin d’aide pour votre comptabilité et souhaitez optimiser vos revenus et votre fiscalité ?

Visionnez le replay de la Malt Academy

Vous avez désormais toutes les clés pour vous lancer en freelance ! 

En savoir plus sur Malt :

Logo Malt

Avec 100 000 projets réalisés avec succès, Malt est la plus importante communauté de freelancing en Europe. La plateforme regroupe 240 000 freelances dans plus de 100 métiers du consulting et du digital et 30 000 entreprises.

En savoir plus

VISITEZ ÉGALEMENT ...

Page de référence
Trouver
une formation labellisée GEN