Erwan Poiraud : « Le numérique transforme inexorablement le rôle du pédagogue ! »

Erwan POIRAUD, OpenclassroomsAprès avoir été enseignant-chercheur, responsable de prépa Sciences Po et directeur de Business Schools (Groupe IGS), Erwan Poiraud dirige aujourd’hui l’équipe Education d’OpenClassrooms. Leader européen de l’enseignement en ligne, OpenClassrooms a su s’imposer en misant sur des cours certifiants et professionnalisants et une qualité pédagogique éprouvée. Rencontre avec Erwan Poiraud, que nous avons eu le plaisir d’accueillir lors de notre table-ronde Eduspot sur le numérique et l’innovation pédagogique.


 

Le métier d’enseignant est-il amené à disparaître avec l’avènement du numérique ?

Au contraire, le numérique fait évoluer le rôle du professeur. De sachant, il devient animateur pédagogique. Au travers de classes inversées, d’ateliers personnalisés, il peut se consacrer à l’élève en tant qu’individu. Aujourd’hui, la professionnalisation des acteurs de la formation est clé. Il faut davantage les former à la pédagogie, et notamment les accompagner à l’utilisation des outils numériques dans leurs pratiques.
 
Sur Openclassrooms, tous les cours sont en ligne et les élèves doivent valider des livrables pour valider la formation. Un mentor suit l’élève chaque semaine et un autre mentor évalue la personne formée. Les mentors sont formés en amont et rencontrent les professeurs qui ont réalisé les cours pour partager leurs questions. Si l’apprenant manque des points hebdomadaires avec le mentor, la réussite est moins forte. Le mentorat évite le décrochage, grâce à une aide sur le fond et un soutien psychologique.
 
L’humain est toujours nécessaire. Le numérique transforme inexorablement le rôle du pédagogue. On peut prendre l’exemple des lycées de quartiers difficiles dans lesquels les enseignants sont très inventifs car ils ne peuvent faire autrement. C’est la même chose avec le numérique, il fait nécessairement penser les choses autrement.
 

Les données permettent une personnalisation très poussée de l’apprentissage. Quels sont les champs du possible aujourd’hui ?

L’individualisation n’est pas aujourd’hui parfaite : il y a individualisation dans le rythme mais il y a des ordres préconisés. La formation n’est pas totalement à la carte. Mais il est vrai que la data a permis un progrès extraordinaire pour mesurer le décrochage, la difficulté d’un quizz ou la qualité d’un cours. De manière générale, au-delà de la personnalisation de l’apprentissage, c’est toute une révolution qui va advenir avec les progrès de l’intelligence artificielle. C’est la même chose avec la réalité virtuelle, qui va faciliter la ludification de l’éducation, en s’inspirant des jeux vidéo. Rendre l’apprentissage ludique, ce n’est pas abaisser l’exigence, c’est mieux capter l’attention. Le numérique facilite la ludicité, mais tout dépend de comment on fait du numérique. Ce n’est pas parce qu’on met en ligne des vidéos de professeurs filmés pendant 45 minutes que l’on rend le cours moins ennuyeux.
 

Comment le numérique transforme-t-il la diffusion des ressources pédagogiques ?

Le métier d’Openclassrooms a changé. On est passé de l’édition de ressources à l’organisation et la certification de celles-ci pour qu’elles puissent s’intégrer dans un parcours diplômant, facilitant ainsi l’accès à l’emploi. Les labels de qualité sur les ressources pédagogiques sont importants à obtenir, et l’État pousse en ce sens. En lien avec la notion de diffusion de ressources, il y a la transmission de savoir d’un individu à l’autre. A côté du triptyque « savoir, savoir-faire, savoir-être », il faut ajouter le « savoir transmettre ». Avec les tutoriels et les forums, chacun peut devenir facilement passeur de connaissances. Les systèmes de notation et d’évaluation par les pairs permettent de savoir qui a la légitimité dans la communauté pour transmettre. C’est la même logique que la création de savoir scientifique. Pour que cela soit admis comme vérité, il faut une validation par la communauté.

 

En savoir plus :